affliger


affliger

affliger [ afliʒe ] v. tr. <conjug. : 3>
• 1120; lat. affligere « frapper, abattre »
1Littér. Frapper durement, accabler (d'un mal, d'un malheur). « Les maux qui affligent la terre » (Lamennais). Être affligé d'une infirmité. Plaisant Pourvoir d'une qualité fâcheuse. « la nature l'avait affligé d'une croupe de houri » (Martin du Gard).
Vx Mortifier. Catherine « affligeait son corps par des austérités continuelles » (Racine).
2Attrister profondément, causer de l'affliction à. 1. chagriner, peiner. Cette nouvelle l'a profondément affligé. P. p. adj. « Charles la supposait affligée » (Flaubert). triste . Subst. Consoler les affligés. Pronom. « Nous ne savons quand nous devons nous affliger ou nous réjouir » ( Montesquieu). Je m'afflige de le savoir malade.
⊗ CONTR. Consoler, gratifier, réconforter. Réjouir.

affliger verbe transitif (latin affligere, frapper) Frapper quelqu'un d'un mal, d'un défaut, l'en affecter d'une manière durable. Imposer à quelqu'un la présence d'une personne désagréable, quelque chose de pénible : Le sort l'a affligé d'une femme acariâtre. Causer à quelqu'un une peine, un chagrin profond ; navrer, consterner : Tu affliges tes parents en menant cette vie-là.affliger (citations) verbe transitif (latin affligere, frapper) Blaise Pascal Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662 Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige. Pensées, 136 Commentaire Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg — laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue — le fragment d'où la citation est tirée. Jean Racine La Ferté-Milon 1639-Paris 1699 Que ces vains ornements, que ces voiles me pèsent ! Quelle importune main, en formant tous ces nœuds, A pris soin sur mon front d'assembler mes cheveux ? Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. Phèdre, I, 3, Phèdre affliger (difficultés) verbe transitif (latin affligere, frapper) Conjugaison Le g devient -ge- devant a et o : j'afflige, nous affligeons ; il affligea. Construction 1. Être affligé ou s'affliger de (+ nom ou proposition infinitive) / s'affliger que (+ subjonctif) : je m'afflige de sa disparition, de le voir disparaître, qu'il ait disparu. 2. Être affligé ou s'affliger de ce que (+ indicatif) : je m'afflige de ce qu'il a disparu. Recommandation Éviter la construction avec de ce que, correcte, mais lourde. ● affliger (synonymes) verbe transitif (latin affligere, frapper) Frapper quelqu'un d'un mal, d'un défaut, l'en affecter d'une manière...
Synonymes :
Imposer à quelqu'un la présence d'une personne désagréable, quelque chose de...
Contraires :
Causer à quelqu'un une peine, un chagrin profond ; navrer, consterner
Synonymes :
- désespérer
- désoler
Contraires :
- réjouir

affliger
v. tr.
d1./d Causer de l'affliction à. Cette nouvelle l'a affligé.
|| v. Pron. Ressentir de l'affliction.
d2./d Litt. Faire endurer de grandes souffrances à. Une grave épidémie afflige ce pays.

⇒AFFLIGER, verbe trans.
A.— Emploi trans.
1. [Le suj. désigne un événement malheureux, une calamité] Accabler et faire souffrir.
a) Vieilli. [L'obj. désigne un pays, une collectivité] :
1. ... et ce qu'il y a de bien singulier c'est qu'une disette terrible qui affligea Rome à cette époque fut regardée par l'opinion publique comme un châtiment de cette faute.
J. DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 2, 1821, p. 195.
b) [L'obj. désigne une pers., une partie de l'être] :
2. La plus grande force peut-être de la religion catholique, c'est que c'est la religion des tristesses de la vie, des malheurs, des chagrins, des maladies, de tout ce qui afflige le cœur, la tête, le corps. Elle s'adresse aux gens qui pleurent, aux gens qui souffrent. Elle promet des consolations à ceux qui en ont besoin; elle montre l'espérance à ceux qui désespèrent.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, déc. 1860, p. 844.
Emploi mod. affaibli. Décevoir profondément, affecter désagréablement :
3. La maison m'a paru chétive, ruineuse, mal exposée. Des chiens, dans le jardin galeux, clabaudaient à l'écho de leur voix, ce qui toujours m'afflige comme l'image désespérante de presque toutes nos querelles.
G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Vue de la terre promise, 1934, p. 68.
2. [Le suj. et l'obj. désignent un nom de pers.]
a) Vieilli, dans un cont. relig. Accabler pour humilier. Dieu a voulu affliger son peuple. Job fut affligé en son corps et en ses biens (Ac. 1798-1932).
En partic. Mortifier pour humilier. Affliger son corps par des jeûnes, par des macérations (Ac. 1798-1932).
b) Affliger qqn de qqc. L'accabler :
4. Il suffit souvent d'écarter une autorité trop pressante pour qu'ils reprennent de l'élan : tel cet enfant qui ne fit plus de fautes d'orthographe du jour où on ne lui imposa plus de dictées ou cet autre qui se passionna de musique dès que, découragé d'en rien obtenir, on cessa de l'affliger des leçons d'un professeur autoritaire.
E. MOUNIER, Traité du caractère, 1946, p. 505.
c) Vieilli. Affliger qqc. à qqn. Synon. par confusion de infliger :
5. Il s'excuse de ne pas lui avoir écrit aujourd'hui, parce que sa main tremblait trop, mais qu'il va écrire demain et qu'il lui dira que s'il fait cet éreintement, il ne craindra pas de lui affliger un fort gnon et qu'il affirmera mes dires.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, mai 1894, p. 579.
B.— Emploi pronom.
1. Vieilli, dans un cont. relig. Se laisser accabler par la souffrance :
6. ... ainsi une âme est dans la peine et le Seigneur profère simplement en elle ces mots « ne t'afflige pas » et aussitôt la bourrasque dévie et la joie renaît.
J.-K. HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 173.
2. Éprouver ou témoigner de l'affliction :
7. Nous sommes donc toujours triste, pauvre ange! Pourquoi t'affecter à plaisir, t'affliger outre mesure? À trente-trois lieues de distance, je ne peux pas essuyer les larmes qui coulent de tes bons yeux; ...
G. FLAUBERT, Correspondance, 1946, p. 277.
Vieilli. S'affliger de qqc. Se laisser accabler par quelque chose :
8. — Ainsi, Madame la Marquise, demanda M. Levrault en appuyant sur chaque mot, c'est l'intention formelle de M. Gaston, votre fils; c'est sa volonté bien ferme, bien nette, bien arrêtée, de se rallier à la nouvelle dynastie, et vous n'y mettez point obstacle, vous ne cherchez pas à l'en détourner?
— Que voulez-vous? J'en souffre bien un peu; je mentirais si j'affirmais le contraire, et vous ne me croiriez pas. J'en souffre, je m'en afflige en secret; mais je me dis qu'en fin de compte, quel que soit le drapeau qui flotte sur les Tuileries, c'est toujours le drapeau de la France.
J. SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, p. 34.
C.— Emploi passif. Être affligé (cf. aussi infra affligé).
1. Absol. Devenir triste, souffrir par déception :
9. Aussi fus-je plus affligé que surpris quand j'appris qu'un élève intelligent, que j'ai dû renvoyer depuis pour son mauvais esprit, qualifiait Monsieur le professeur d'éloquence de prêtre « fin de siècle ».
A. FRANCE, L'Orme du mail, 1897, p. 27.
Arg. et dial. Être malade :
10. Pourriez-vous m'indiquer si c'est ici que reste mon frère (...) dont l'épouse est affligée d'une jambe?
[L.-F. L'HÉRITIER,] Suppl. aux Mémoires de Vidocq, t. 1, 1830, p. 292.
2. (Être) affligé de qqc. ou de qqn. En être accablé, comme d'un mal ou d'un malheur.
a) [En parlant d'un mal physique] Il était affligé d'un rhumatisme chronique (DUB.).
b) [En parlant d'un malheur ou d'un être importun] :
11. D'abord chacun devait reconnaître dans sa compagne la pauvre parente venue de province, de laquelle peut être affligée toute famille parisienne.
H. DE BALZAC, Les Illusions perdues, 1843, pp. 181-182.
12. Honoré fut vivement affligé du malheur où sa mère avait été réduite, et plus encore d'en avoir été le témoin.
M. AYMÉ, La Jument verte, 1933, p. 245.
Avec une connotation relig. :
13. Loin d'être un zélateur, il a porté le fer rouge dans la plaie, dénoncé l'horreur et les ridicules de ces passions vieilles comme l'humanité, considérant que les êtres qui en sont affligés portent une croix qui les écrasera tôt ou tard.
J.-É. BLANCHE, Mes modèles, 1928, pp. 139-140.
Par hyperb. [Dans le style de la politesse mondaine] Je suis vraiment affligé de votre contre-temps (LAND. 1834).
Par antiphrase et iron. Être doté d'un bien qui écrase comme un malheur. La voilà affligée de cent mille livres de rentes (Ac. 1835-1932) :
14. La passion et le désintéressement du vicomte ne pouvaient être mis en doute, et Laure avait assez de raison pour se dire qu'une occasion pareille ne se présente pas deux fois dans la destinée d'une jeune fille affligée d'un million de dot.
J. SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, p. 12.
Rem. Cet emploi est relevé par BESCH. 1845 en ces termes : ,,Se dit par antiphrase et en plaisantant. Cette jeune fille est affligée de dix-huit ans, d'une grande beauté, d'un heureux naturel et d'une dot de cent mille écus. Cet homme est affligé de cent mille francs de rente.``
3. (Être) affligé de (+ verbe à l'inf.), de ce que (+ verbe à l'ind.), que (+ verbe au subj.). Être profondément attristé. Je suis affligé de voir les choses en cet état (LITTRÉ) :
15. Je voyais mon père profondément affligé de ce que je n'étais plus libre, et de ce que je le forçais à plier son caractère, à manquer à la fierté dont toute sa vie avait été la preuve, en ne quittant pas pour jamais l'indigne pays où, pour prix de ses services, il venait de recevoir un si cruel affront.
G. DE STAËL, Lettres de jeunesse, 1787, p. 165.
16. Je vous remercie de vos renseignements sur Lyon et suis bien affligé que vous ne veniez pas.
A. DE LAMARTINE, Correspondance, 1834, p. 35.
Rem. La constr. attestée dans l'ex. 15, où de ce apparaît comme un pléonasme (cf. VINC. 1910), est jugée ,,correcte, mais peu élégante`` ds THOMAS 1956. LITTRÉ ne mentionne pas la constr. avec de ce que.
Stylistique — 1. Affliger et les mots de sa famille appartiennent à la lang. soutenue :
17. ... la passion parle le plus pur français de M. Prudhomme. Il y avait dans une scène : « Je vous ai fâché, mon père? — Non, tu m'affliges. » Il me dit « tu m'affliges... ça te va-t-il, tu m'affliges? » Je ne peux m'empêcher de dire : « mets : tu me fais de la peine... » Il réfléchit : « non, j'aime mieux tu m'affliges. » Il trouvait son verbe plus noble. Oh! vraiment, le succès d'une machine comme ça serait une objection contre la langue française!
E. et J. DE GONCOURT, Journal, déc. 1858, pp. 570-571.
D'où l'emploi (auj. vieilli) dans la lang. relig. (cf. supra).
2. À une époque plus récente, leur force expressive s'atténue si bien qu'à la limite, affligé tend à n'être qu'un synon. distingué de déçu, et affligeant, un synon. de sans intérêt. À noter encore que affliger est parfois associé à une évocation musicale :
18. Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige.
Ch. BAUDELAIRE, Les Fleurs du Mal, 1857-1861, p. 77.
19. Que la flûte, aujourd'hui, guerrière qui s'afflige, Se souvienne un moment, pendant que sur sa tige Tes doigts semblent danser un menuet d'oiseau, Qu'avant d'être d'ébène, elle fut de roseau; ...
E. ROSTAND, Cyrano de Bergerac, 1898, IV, 3, p. 160.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'afflige []. Enq. ://. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : afflictif, affliction, affligeant. 3. Forme graph : j'afflige, nous affligeons; j'affligeais; affligeant (pour les verbes en -ger, cf. abroger).
Étymol. ET HIST. — Mil. XIIe s. « frapper durement, accabler, tourmenter » (Liv. des Ps., Cambridge, LXXVII, 40 ds GDF. Compl. : Par quantes fiedes le purvuchierent el desert, affligerent lui en sultiveté); début XIIIe s. « id. » (Li Sermon saint Bernart, éd. Foerster, 89, 7 ds T.-L. : Cum longement serai ju tormenteiz en travail et en dolor ed affliiez de mort tote jor); av. 1701 par affaiblissement pronom. « s'attrister » (Boileau ds FUR. 1701 : Pourquoy à la lecture de mes satires, aimez vous mieux vour affliger avec les ridicules, que de vous rejouïr avec les honnêtes gens).
Empr. au lat. affligere attesté au sens propre « jeter à terre, abattre » dep. Plaute (Rud., 1010 ds TLL s.v., 1233, 6 : adfligam ad terram te), fig. « frapper, tourmenter (physiquement) » (CICÉRON, Pis., 85 ds TLL s.v., 1234, 43 : qui [milites] cum uno genere morbi adfligerentur neque se recreare quisquam posset); « id. (moralement) » (ID., Verr., 3, 37, ibid., 1236, 48 : Siculos superioribus edictis satis perdiderat atque adflixerat). A supplanté l'a. fr. afflire, de formation pop. (Xe s., S. Léger ds GDF.).
STAT. — Fréq. abs. litt. :1 062. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 3 199, b) 1 635; XXe s. : a) 932, b) 348.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BLONDHEIM (D. S.). Essai d'un vocabulaire comparatif des parlers romans des Juifs au Moyen Âge. Romania 1923, t. 49, pp. 19-20. — Canada 1930. — CAPUT 1969. — DUP. 1961. — FÉR 1768. — GUIZOT 1864. — HANSE 1949. — LAF. 1878. — LAV. Diffic. 1846. — MARCEL 1938. — SARDOU 1877. — SOMMER 1882. — Synon. 1818. — THOMAS 1956. — TIMM. 1892. — VINC. 1910.

affliger [afliʒe] v. tr. [CONJUG. bouger.]
ÉTYM. 1120; du lat. affligere « frapper, accabler, abattre ».
1 Littér. (en parlant d'accidents, d'événements malheureux, de calamités, d'infirmités, de maladies, etc.). Frapper durement, accabler (qqn). Atteindre, frapper. || Le sort, le malheur qui l'afflige.
1 Il accusait les dieux, et trouvait fort étrange
Que le sort à tel point le voulût affliger.
La Fontaine, Fables, XII, 13.
Vx. (Le compl. désigne le corps, une partie du corps) :
2 L'on s'insinue auprès de tous les hommes (…) en compatissant aux infirmités qui affligent leur corps (…)
La Bruyère, les Caractères, XI, 109.
3 (…) un accident bien pire,
Qui m'afflige un endroit que je ne veux pas dire.
Molière, Sganarelle, 7.
Loc. Affliger qqn d'un mal.Affliger qqn de qqch. : le lui imposer.
4 La guerre est le plus grand des maux dont les dieux affligent les hommes.
Fénelon, Télémaque, IX.
Le sujet désigne une abstraction :
5 Les scandales et les troubles intestins affligèrent Rome et son Église.
Voltaire, Essai sur les mœurs, XXXV.
6 Les maux qui affligent la terre ne viennent pas de Dieu, car Dieu est amour, et tout ce qu'il a fait est bon; ils viennent de Satan.
F. de Lamennais, Paroles d'un croyant, XXXIV.
Par ext. || Affliger qqn (de…) : pourvoir (d'une qualité fâcheuse). Infliger.
7 (…) il n'ignorait pas que la nature l'avait affligé d'une croupe de houri, qui se dandinait de droite et de gauche dès qu'il pressait le pas (…)
Martin du Gard, les Thibault, III, II.
Passif et p. p. || (Être) affligé de qqch., de qqn : en être accablé, devoir le supporter. || Il était affligé d'une bronchite chronique. || Le malheureux est affligé d'une famille extrêmement possessive.
7.1 Ce thé, il l'a sucré seulement (les quatre morceaux fournis suffisant à peine à trois tasses), et il l'a gardé pur de lait, liquide pour lequel il ressent un dégoût qu'il a su faire partager à Sergine, quoiqu'elle n'ait pas été affligée comme lui d'un père roux de tout le système pileux et qui se délectait à des trempettes dans de grands bols de café au lait.
A. Pieyre de Mandiargues, la Marge, p. 117.
8 Mais Christophe était affligé d'un besoin de sincérité gênant, qui lui inspirait des scrupules à tout propos.
R. Rolland, Jean-Christophe, II, I.
Iron. Être nanti d'un bien gênant. Doter, nantir. || Le voilà affligé d'un gros héritage.
2 Vx. Mortifier (son corps).
9 Vous pouvez réparer, en affligeant votre chair, vos voluptés criminelles.
Massillon, Carême, Vocation, in Littré.
10 Catherine, malgré ses continuelles infirmités affligeait son corps par des austérités continuelles.
Racine, Épitaphe de C. F. de Bretagne.
3 Attrister profondément, causer de l'affliction à (qqn). Abattre (moralement), accabler, attrister, contrister, désoler, navrer (→ Fendre, percer le cœur). || Ce malheur l'a profondément affligé. Désespérer. || La nouvelle de son départ l'affligea. Chagriner, peiner.(Sujet n. de personne). || Son fils l'afflige par sa conduite.
(Contexte relig.). Accabler (qqn) pour humilier (→ cit. 12).
Au passif. (→ cit. 11, 12, 14). || Être affligé de… (et l'inf.), de ce que… (et l'indic.), que… (et le subj.). || Il est affligé d'être traité ainsi, de ce qu'on le traite ainsi, qu'on puisse ainsi le traiter.
11 L'Éternel se repentit d'avoir fait l'homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur.
Bible, Genèse, VI, 6.
12 Heureux ceux qui sont affligés, car ils seront consolés.
Bible, Évangile selon saint Matthieu, V, 4.
13 Peu de chose nous console parce que peu de chose nous afflige.
Pascal, Pensées, II, 136.
14 On perd quelquefois des personnes qu'on regrette plus qu'on n'en est affligé; et d'autres dont on est affligé, et qu'on ne regrette guère.
La Rochefoucauld, Maximes, 355.
15 Je ne peux jeter les yeux sur ce qui me touche et m'entoure sans y trouver toujours quelque sujet de dédain qui m'indigne, ou de douleur qui m'afflige.
Rousseau, Rêveries…, I.
16 J'ai le sentiment que vous souffrez, qu'il est arrivé, depuis que je vous ai quittée, quelque chose qui vous afflige.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, IV, VII.
——————
s'affliger v. pron.
Éprouver, témoigner de l'affliction. || Inutile de vous affliger pour cela. || S'affliger de quelque chose.
17 L'infortuné mari, sans cesse s'affligeant,
Eût accru par ses pleurs le nombre des fontaines (…)
La Fontaine, les Filles de Minée.
——————
affligé, ée p. p. adj.
Qui manifeste de l'affliction. Abattu, chagriné, désespéré. || Une mère affligée.Il restait immobile, l'air affligé.
N. (Littér.). Personne qui est dans l'affliction. || Consoler les affligés.
18 Il est généreux de se ranger du côté des affligés.
Molière, la Critique de l'École des femmes, VI.
CONTR. Adoucir, consoler, réconforter, soulager. — Contenter, ravir, réjouir. — Jubiler.
DÉR. Affligeable, affligeant. — (Du latin affligere) V. Afflictif, affliction.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • affliger — AFFLIGER. v. a. Causer de la douleur, de la peine, du déplaisir. Affliger son corps par des jeûnes, par des macérations. Dieu a voulu affliger son peuple. Job fut affligé en son corps et en ses biens. Son malheur m afflige. Cette nouvelle l a… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affliger — AFFLIGER. v. a. Causer de la douleur, faire souffrir, soit au corps, soit à l esprit. Affliger son corps par les jeusnes. Dieu nous afflige de maladies. Job fut affligé en son corps & en ses biens. s affliger soy mesme. affliger ses amis. son mal …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affliger — Affliger, et vexer, ou tourmenter, Affligere, Vexare. Affliger une personne plus qu elle n est, Perdere perditum. Qui afflige et tourmente, Afflictor, Vexator. Affligé et tourmenté, Afflictus, Vexatus. Estre affligé de maladie, Morbo conflictari …   Thresor de la langue françoyse

  • affliger — (a fli jé. On met un e muet après le g devant l a et l o) v. a. 1°   Causer un grand dommage, désoler, tourmenter. De longues guerres ont affligé l Europe. Un grand malheur eût affligé l État. Être affligé d une maladie cruelle. Le choléra, parti …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AFFLIGER — v. a. Causer de l affliction. Son malheur m afflige. Cette nouvelle l a profondément affligé.   Il signifie aussi, Mortifier son corps, le faire souffrir. Affliger son corps par des jeûnes, par des macérations.   Il se dit encore Des calamités… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AFFLIGER — v. tr. Abattre moralement. Son malheur m’afflige. Cette nouvelle l’a profondément affligé. Vous vous affligez sans sujet. Il s’afflige d’une chose dont il devrait se réjouir. Il signifie aussi Mortifier son corps, le faire souffrir. Affliger son… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • affliger — vt. aflèzhî (Saxel), aflizhî (Albanais), aflijî (Villards Thônes.028) / é (Aix.017) ; émargalâ (Bogève), R. => Bariolé. E. : Éprouver, Peiner …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • s'affliger — ● s affliger verbe pronominal être affligé verbe passif Éprouver du chagrin, de la peine : Je suis affligé de ne pouvoir l aider. Être affecté par quelque chose de pénible : Être affligé de rhumatismes. ● s affliger (citations) verbe pronominal… …   Encyclopédie Universelle

  • désespérer — [ dezɛspere ] v. <conjug. : 6> • v. 1155; var. desperer; de dés et espérer I ♦ 1 ♦ V. tr. ind. DÉSESPÉRER DE :perdre l espoir en. « Jamais on n a douté de sa parole ni désespéré de sa clémence » (Bossuet). Désespérer de faire qqch. Nous… …   Encyclopédie Universelle

  • chagriner — 1. chagriner [ ʃagrine ] v. tr. <conjug. : 1> • XVe; de 2. chagrin 1 ♦ Vx Irriter, rendre maussade. ⇒ fâcher. 2 ♦ Mod. Rendre triste, faire de la peine à. ⇒ affliger, attrister, contrarier, peiner. Ce qui me chagrine, c est que... ⇒… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.